Rayenchante
Un petit quelque chose de bienfaisant, j'espère...
 

Au volant, Léonne est une lionne (Pour la vraie mise en page, cliquez le titre!)

13/10/2016 22:52:30

Léonne, soixante-quinze ans, incarne la douceur, la gentillesse et possède un coeur grand comme le ciel. Son mari l’aime comme un fou après quarante ans de mariage et ses deux garçons, très fiers d’elle, lui rendent bien son amour inconditionnel. Bref, Léonne se la coule douce, genre une vie rêvée, une vie plutôt enviable. Mais sitôt qu’elle se glisse derrière le volant de sa Mazda 3 bleue ou de la Honda de la famille, elle se métamorphose aussi terriblement qu’une lionne souffrant d’une violente rage de dents...

Là, sa liste de commissions à la main, elle entre dans sa voiture, attache sa ceinture de sécurité, démarre, recule de l’entrée de cour et se dirige vers la ville....Mais, déjà quelques kilomètres plus loin...

- Saint cybole, ça te prends-tu un cours classique pour choisir ton chemin, toi? ronchonne-t-elle, énervée, en voyant le monsieur, face à elle, à l’arrêt. Il a son clignotant à droite, hésite, le met à gauche, et au final décide de l’enlever. Non, mais as-tu passé ton cours de conduite, le père? Si j’étais une instructrice je t’aurais recalé, sans que tu aies le temps de me voir venir.

En fin de compte, malheureusement, il vire à droite, sans préavis.

- Et bien voilà le phénomène! écume-t-elle, furieuse, les yeux sortis de la tête. Je l’ai senti à mille lieues à la ronde, celui-là! Ça ne sait pas ce que ça veut, un vrai danger public, et ça se balade en véhicule par-dessus le marché! Les autres automobilistes on s’en fout, hein, pépère?

Et pendant qu’elle discoure, la voiture arrière la klaxonne impatiemment car c’est à elle à se brancher : à droite, à gauche ou tout droit? 

- Tiens, encore un énergumène qui ne peut pas attendre deux secondes sans s’enrager, jaspine-t-elle en regardant dans son rétroviseur! Je te le dis que c’est beau de voir aller ça sur la route!

Et en aucun moment Léonne réalise qu’elle est de la même graine que ces chauffards, puisqu’elle est distraite elle aussi et en plus, elle roule trop vite, contraventions d’excès de vitesse à l’appui. Un autre coup de klaxon la ramène à l’ordre et elle continue tout droit...Mais déjà quelques kilomètres plus loin...

- Oh non, saint cybole, je viens de griller un feu rouge! rage-t-elle, en se fermant les yeux, ce qui est totalement contre-indiqué au volant.

Nerveuse, elle entend la sirène des policiers et elle se gare comme d’habitude le long du trottoir. Il faut ajouter que Léonne est un experte en infractions de tous genres. Elle est tellement connue qu’il est surprenant qu’elle ait encore des points et d’autant plus surprenant qu’elle ne soit jamais invitée au party de Noël de la sureté du Québec.

- Ouais, c’est sûr que mon mari ne va pas se gêner pour m’en parler pendant des semaines et des semaines! Grrrrrrrrrrrrrrrr!

L’agent se stationne derrière elle, puis il sort de son véhicule et l’accoste.

- Vos papiers, madame! ordonne-t-il, en regardant ailleurs.

Elle les tenait déjà et les lui donne fébrilement, car même si elle est au parfum de cette routine, il n’empêche qu’à chaque fois elle s’inquiète pour son permis de conduire. Le représentant de l’ordre regagne son auto dont le gyrophare oscille toujours : bleu, rouge, bleu, rouge, bleu, rouge. Léonne baisse la tête comme une enfant punie, parce qu’elle est gênée des regards de pitié des automobilistes qui la lorgnent sans vergogne en la dépassant. Elle pianote sur son volant en maugréant des bêtises contre elle, la malchance, le cosmos, et même contre son ange gardien qui ne l’a pas prévenue.

- Saint cybole, de saint cybole! marmonne-t-elle en hochant la tête de gauche à droite.

Puis le flic revient, lui remet ses papiers et s’en retourne en la saluant, sans sourire. Après, les dents serrées, elle attend qu’il parte et elle démarre en faisant crisser les pneus de sa Mazda...Mais déjà à quelques kilomètres de là...

- Voyons, mais qu’est-ce que c’est que ça? se demande-t-elle en apercevant un attroupement de gens surexcités...à suivre...Mais qu’est-ce qui se passe, ici? Pourquoi toutes ces personnes regardent en l’air? Qu’est-ce que c’est que ça? Je veux voir!...

Aussi Léonne stationne sa Mazda en travers de la route grossissant et bloquant le bouchon car tous les véhicules sont garés à la va-comme-je-te-pousse. Elle verrouille ses portières et se dirige allègrement vers le rassemblement. Puis, elle tape doucement sur l’épaule d’une inconnue.

- Euh, excusez-moi si je vous ai fait sursauter, mais qu’est-ce qui arrive ici?
- Oh, il paraît que c’est un chaton qui est agrippé à une haute branche dans l’érable devant nous et il ne serait plus capable de descendre. Il répondrait au nom de «Runrunner». D’ailleurs la dame, en avant près des pompiers, celle qui porte une robe fleurie, bien il semblerait qu’elle est la propriétaire du chat.
- Ouais...... je ne voudrais pas être à sa place, elle doit être inquiète en pas pour rire.
- Inquiète???????? Je n’appelle plus ça inquiète, tantôt elle était totalement hystérique et elle courait partout comme une possédée. Elle hurlait tellement fort que tout le monde est arrivé en se bouchant les oreilles, et les miennes cillent encore. Finalement un bon samaritain lui a donné à boire et d’après moi il lui a fourni un calmant, parce que là on ne l’entend plus du tout.
- Oh, changement d’à propos, voyez-vous vu le jeune pompier grimpé dans l’arbre? Saint cybole, il est plutôt bien de sa personne! s’exclame Léonne en faisant un clin d’oeil à sa voisine.
- En effet, assez canon comme disent les jeunes. Moi, j’y laisserais bien mettre ses pantoufles en-dessous de mon lit.
- Et bien pas moi. C’est plutôt lui que je mettrais sur mon lit. Oh, oh, mais non, mais non, blague à part, je suis mariée, très bien mariée et je ne changerais pas mon mari pour tout l’or du monde, déclare Léonne, en se sentant un peu coupable.

Puis, soudain, un coup de sifflet retentit et tous les badauds se retournent à l’unisson. Deux policiers se précipitent dans le but de dégager la rue principale qui est complètement engorgée.

- Circulez, il n’y a rien à voir ici! dit l’un des deux.
- Ça, c’est ce que vous pensez! rétorque Léonne qui a sa contravention en travers de la gorge. Regardez en haut de l’érable le pompier qui veut attraper «Runrunner», en lui parlant tout doucement.
- À qui appartient la Mazda bleue, là-bas? demande le jeune flic en ignorant ce qu’elle vient de dire.

Aussitôt, Léonne se retourne de nouveau en espérant que ce n’est pas la sienne, mais malheureusement, elle reconnaît sa plaque avant, avec son message «Mon mari m’écoute».

- Euh, c’est à moi, répond-elle, tout à coup timidement. Il y a un problème?
- Un problème! Si vous aviez regardé où vous vous stationniez, vous auriez vu que vous bloquez entièrement la sortie et je vais devoir sévir, récite-t-il tel un écolier dans une classe.
- Sévir?
- En d’autres mots, vous donner une contravention! Suivez-moi! ordonne-t-il, assez gêné, comme si c’était sa première intervention.

Muette de surprise, elle se précipite derrière lui en ronchonnant des insanités : «Méchant air bête, il faut croire qu’il ne digère pas ses toasts, celui-là!» Et dans sa Mazda, à sa demande, elle lui tend ses papiers, puis elle se met à pleurer la tête appuyée sur son volant. Il sursaute...

- Voyons, il ne faut pas le prendre comme ça, madame! s’exclame l’agent, étrangement mal à l’aise.
- C’est que voyez-vous, pleurniche-t-elle, ça me chagrine quand je fais une erreur de manoeuvre. En plus, ça tombe très mal, c’est notre anniversaire de mariage aujourd’hui et je n’aurai plus de budget pour acheter le cadeau de mon mari, pour ce soir, comprenez-vous ça?

Elle le fixe, le regard éploré, quémandeur et très attendrissant. Il hésite, se dandine sur un pied, puis sur l’autre, il renifle quasiment avec Léonne et finalement il a le regard aussi triste qu’elle.

- Bon, bon, ça va pour cette fois-ci! chevrote-t-il, ça ne sera qu’un avertissement, mais soyez plus attentive en conduisant.
- Merci infiniment monsieur le policier, lui répond-elle d’une voix mielleuse, c’est très gentil de votre part.
 
Il la dirige vers la sortie et une fois hors de sa vue, elle se stationne trois rues plus loin et elle pouffe.

- Non, mais je suis une grande actrice, moi! Notre anniversaire de mariage, elle est bonne celle-là! rigole-t-elle, prise d’un fou rire nerveux.

Puis, elle poursuit sa route, mais déjà à quelques kilomètres de là...

- Hey, pépère, te cherches-tu une place pour mourir? Branche-toi, on est dans une zone de cinquante, ici!

Oh là, là, quelle espiègle cette femme, et elle reste comme elle est : au volant, Léonne est une lionne...

Note de l’auteure: Et pour finir, le beau pompier a sauvé le chaton «Runrunner».

©   Tous droits réservés, Raymonde 

*     Image prise sur le Web  

Publié par Ray •   Ajouter un commentaire  2 commentaires


Bonne histoire qui me rappelle ma grande fille. Elle était très avancé dans sa grossesse et elle s'est fait arrêter pour excès de vitesse. Elle s'est mise à pleurer devant le policier et a dit qu'il fallait qu'elle aille à la salle de bain, il l'a laisse partir, il a eu pitié ! Elle a bien rit!
Danielle Posté le 05/11/2016 06:43:33
ouin! la mère ne l'a pas facile, mais en même temps elle ne s'énerve pas trop. Elle n'est pas trop stressée la petite mère, mais elle devrait suivre ces conseils suivre un autre cours de conduite. hi!hi! Lougar.
Louise Gariépy Posté le 15/10/2016 16:17:48



C'est bon pour le moral
La compagnie créole
compagnie_creole_c_est_bon_pour_le_moral
 
© 2011
Créer un site avec WebSelf