Rayenchante
Un petit quelque chose de bienfaisant...
 

La «machotta» (Cliquez le titre!)

22/03/2019 15:44:28

Note : «Machotta», mot inventé par l’auteure : n.f. femme qui tente de séduire tous les mecs, sans pour autant s’engager avec eux et cette femme carbure à l’adrénaline de la conquête.

Clémentine et Victoria sont amies depuis toujours. Deux trentenaires très différentes, dont la première est mariée, heureuse, et ce depuis six ans, tandis que Vic en est toujours à draguer. Et elle aime beaucoup raconter ses aventures, mais à sa copine seulement.

- Oh, attends un peu, j’ai quelqu’un sur mon autre ligne, dit Clémentine, précipitamment. Allô? Oui? Maman? Euh, tu voulais juste jaser? Est-ce que je peux te rappeler, je suis avec Victoria, c’est important! D’accord, à tout à l’heure, bisous, bisous! Bon, Vic, me revoilà!
- O.k. Comme je te le disais, tantôt, hier, je suis allée en boîte.
- Ah, oui, et laquelle as-tu choisie?
- Ma préférée, «La flèche au coeur». «Calvas» qu’il y avait du monde et devine, j’ai rencontré un mec, plus que canon, très chou! Vraiment, vraiment, mon genre! Wow!
- Là, rien de nouveau sous le soleil......mais?
- Bien, tu me connais, ce qui devait arriver, arriva, je l’ai gardé pour la nuit, comme d’habitude.
- Et.............vous allez donner suite? Peut-être vous fréquenter sérieusement? Est-ce que je dois m’acheter une magnifique robe pour ton mariage? ironise Clémentine, affectueusement.
- Et si je te répondais oui, cette fois-ci. Mais j’ai un doute, car lui semble le genre qui prend ce qu’il veut et qui s’en va...
- Hum, hum, ça me rappelle une de mes amies ça, rigole sa copine.
- Tu as raison, on les appelle «macho», aussi en tant que bonne joueuse, disons que je suis une «machotta».
- Très bon, tu viens d’inventer un mot!
- Ouais, sauf que là, j’ai un coup de foudre, ça ne m’est jamais arrivée....tu le sais.
- Euh! Avec celui-là, tu en es à Gus 16?
- Et oui, répond Vic en riant. «Calvas», que j’ai eu une bonne idée en baptisant mes rencontres du prénom Gus avec un chiffre!
- Mets-en! Ça, c’est depuis la fois où dans notre restaurant favori, une femme à la table voisine nous écoutait et connaissait le mec dont tu me parlais.
- Hum, hum, et te rappelles-tu ce qu’elle m’avait dit? demande Victoria, en souriant.
- Et comment! Juste avant de se lever pour partir, elle t’a apostrophée en balançant ces paroles, mot pout mot : «C’est plate à dire, mais je connais très bien l’homme dont tu parles, franchement!...», se moque Clémentine, en imitant l’indiscrète, furieuse.

Victoria éclate de rire en observant son amie, vraiment très douée pour caricaturer une personne.

- Bon, blague à part, ajoute Clémentine, maintenant, que fais-tu de tous tes Gus?
- Bof! C’est fini, qu’est-ce qu’il y a avec eux?
- Tu as la mémoire courte, Vic!
- Comment ça?
- Si mes souvenirs sont bons, tu avais un coup de foudre avec chacun et même, à chaque fois, tu affirmais que c’était l’homme de ta vie. Tu sais, je peux te confirmer ce que je te dis-là.
- Ah bon?
- Je vais t’avouer quelque chose. Toutes les fois où tu me racontais tes soirées, je prenais quelques notes...
- Aïe, c’est de la triche, ça! Je ne sais pas quoi penser de ton comportement, riposte vigoureusement Victoria, mi-figue, mi-raisin...à suivre...
- Bon, avant de te choquer, si tu me donnais la chance de m’expliquer.
- Ouais, ben, je me sens toute bizarre, c’est comme si tu m’avais étudiée à la loupe.
- Désolée, je ne voulais pas te perturber, ni te peiner, mon amie. J’aimerais juste t’aider à voir plus clair dans ce que tu vis.
- «Calvas», il me semble que je suis assez grande pour m’organiser toute seule! riposte-t-elle, énervée.
- Bon, autrement dit, tu n’as plus confiance en moi, c’est ça?
- Euh, avec ce que tu m’apprends ce matin, je ne sais plus, là.
- Écoute Victoria, est-ce que je t’ai déjà conseillé de faire quoi que ce soit?
- Non, c’est vrai, tu m’as toujours respectée!
- Est-ce que je t’ai déjà jugée?
- Non plus et je t’en remercie, c’est d’ailleurs pour ça que j’ai toujours hâte de te partager mes aventures.
- Et moi, je trouverais dommage que tu cesses de m’en parler, parce que j’aime tellement t’écouter et surtout je m’ennuierais de nos conversations souvent amusantes et rarement difficiles.
- Tu as raison et je te connais assez pour savoir que tu avais une bonne intention, c’est pour ça que je t’aime, Clémentine.
- Moi aussi, ma chouette! Mais, sais-tu pourquoi c’est aujourd’hui que je t’ai avoué que je prenais des notes depuis le début?
- Non!
- À moins que je me trompe, depuis quelques temps tu me sembles moins enjouée, plus lasse de toutes tes rencontres.
- C’est vrai, et là j’avoue que la drague c’est fatiguant à la longue. En bon français, je suis écoeurée d’être constamment déçue, de revenir de mes soirées avec mon espoir piétiné. Et en fin de compte, j’en ai marre de tout ça, alors tu m’as très bien perçue.
- J’ai consigné tes histoires avec tes paroles. Est-ce que ça te dirait que je te lise la liste de tes Gus, juste pour voir? demande Clémentine.
- Bof, au point où j’en suis, allons-y! 
- J’ai donc intitulé mes notes «Les rencontres de Victoria» : Gus 1, victime de son passé, Gus 2, un blasphème après l’autre, Gus 3, 20 ans trop jeune, Gus 4, il semble dormir avec ses vêtements depuis la nuit des temps, Gus 5, séducteur compulsif qui chasse du regard la moindre femelle, puis qui l’enligne comme si je n’existais pas, Gus 6, m’attire autant qu’une essoreuse. Gus 7, trop mini, Gus 8, il n’y a qu’une personne, lui-même, Gus 9, toujours en voyage, il n’y a que le bas du réfrigérateur qu’il n’a jamais visité, Gus 10, nerveux comme un écureuil sous l’ecstasy, Gus11, tellement pantouflard que le motif du divan est imprimé dans son dos, Gus 12, (dictionnaire non inclus), un anglophone dont le français est tellement pourri qu’il insulte sans le savoir, en souriant, car il croit complimenter, Gus 13, un récidiviste, Gus 14, marié depuis 10 ans, Gus 15, accro aux sports, au travail, aux dizaines de réunions, et à d’innombrables sorties entre mecs avec la bière, encore la bière et toujours la bière. Terminé,  voilà ton résumé de vie amoureuse, ma belle Victoria!  
- Ouais ben, ma chère amie, tu as bien fait d’inscrire mes rencontres, parce qu’en t’écoutant, ça m’a permis de comparer avec le dernier, qui manque à l’appel d’ailleurs, qui serait Gus 16! dit-elle, intriguée.
- Non, la liste est complète, parce lui n’en est pas un! sourit Clémentine.
- Oh que tu es gentille, donc tu me crois!
- Oui, car quand tu m’en parles tu deviens une femme allumée, enthousiaste et joyeuse. Je ne t’ai jamais vue comme ça avec aucun des 15 Gus! 
- Merci de me valider. Ça me fait plaisir de te dire qu’il se prénomme Pascal, ajoute Victoria d’une voix émue. Tu sais, je ne me reconnais plus, c’est le bon, cette fois-ci!
- Il y a des chances et qu’as-tu ressenti lors de ta rencontre et de ta nuit avec lui? s’enquiert sa copine.
- Ça ressemble à quelque chose de rare et d’inconnu. Dans mon coeur qui palpitait, on aurait dit que ça me chuchotait qu’il était celui que je cherchais depuis toujours. Et non seulement ça, c’est que je ne veux pas qu’il s’en aille, parce que je suis tellement bien avec lui, au point de penser qu’aucun autre mec ne pourra jamais m’apporter ça. C’est à la fois excitant et épeurant...
- Ouais, je crois que celui-là est à part des autres, mais ensuite que comptes-tu faire?
- «Calvas» la grande question à $100,000.
- Est-ce qu’il t’a rappelé?
- Euh, il m’a laissé un message sur la table de nuit! Je ne voulais pas t’en parler avant, pour éviter d’influencer ton opinion, explique Victoria, très souriante.
- Wow!
- Oh, c’est plus fort que moi, Clémentine, je veux te lire sa jolie petite lettre :
Chère Victoria,
Ce qui s’est passé hier est inoubliable. Et surtout ne va pas croire que je suis le genre d’homme à coucher le 1er soir! Mais avec toi, dès le début, j’ai senti qu’il y avait  quelque chose qui peut devenir très précieux entre nous. Le plus merveilleux c’est que je n’ai jamais ressenti ça!
P.S. Je te rappelle cette semaine et voici mon numéro de cellulaire, si cela te tente.
À très bientôt,
Pascal x

- Wow! Que je suis contente pour toi, ma belle! conclut Clémentine, tout sourire.

Aujourd’hui, nos amoureux sont ensemble depuis 4 ans et cette magnifique rencontre s’est produite quand Victoria a compris que ça mène nulle part d’être une «machotta.»  

*  Tous droits réservés, Raymonde 

*   Image prise sur le Web

Publié par Ray •   Ajouter un commentaire  3 commentaires


Belle histoire qui finit bien. De belles vacances Ray 😎
Malou Posté le 04/06/2019 17:28:47
Bonne finale!  Imaginative et ultra-romantique comme l’auteure!  J’ai ADORÉ la photo inversée.  Il n’y a que toi pour le faire et le réussir!
Michelle Posté le 12/04/2019 22:41:53
J’ai bien hâte de connaître la suite pour voir jusqu’où ta formidable imagination va nous mener!
Michelle Posté le 22/03/2019 18:50:00



C'est bon pour le moral
La compagnie créole
compagnie_creole_c_est_bon_pour_le_moral
 
© 2011
Créer un site avec WebSelf