Rayenchante
Un petit quelque chose de bienfaisant, j'espère...
 

La joueuse de tours (Pour la vraie mise en page, cliquez le titre!)

09/06/2014 19:00:03

Bientôt 2 ans que le bonasse Philippe a épousé Gina. Il aime beaucoup sa petite femme, si jolie, douce, intelligente, et très enjouée, mais son plus gros défaut c'est qu'elle le taquine exagérément. Et comme elle excelle sur le Web, ce qu'elle préfère c'est de lui trafiquer son ordinateur à la maison. Elle prend aussi plaisir à le piéger et ce, dans tous les domaines, car il n'y a rien à son épreuve. Or, Philippe a beau la surveiller par peur de ses ruses, tous les matins avant de partir au boulot, il observe partout, puis après il examine son lunch et son auto. Mais aujourd'hui, tout semble correct. Complètement harassé, ça fait plusieurs mois qu'il la prie de cesser ce comportement, mais s'il y a une chose, elle a redoublé d'ardeur, parce qu'elle ne le prend vraiment pas au sérieux.

- Gina! arrête ça immédiatement, j'en ai assez! lui commande-t-il à chaque fois, avec un ton presque affectueux.
- Comment peux-tu ne pas rire de ma créativité alors que c'est si drôle? lui demande Gina. Je trouve que tu manques horriblement d'humour. Et l'humour n'a-t-il pas été créé pour empêcher la routine de tuer les couples?
- Heu....................
- Il me semble que tu apprécies les plaisanteries, d'habitude, mon beau Phil, ajoute-t-elle en l'embrassant et en le cajolant. Alors conquis, et même s'il a de plus en plus horreur de ses vilains tours, il hausse les épaules, ne sachant plus quoi dire et il se laisse faire.
 
Ainsi Gina continue de s'amuser assidûment à le berner. Hélas, désormais, sans qu'elle s'en rende compte, ça ne fait rigoler qu'elle.

Actuellement, Philippe au travail en est à son heure de dîner, à la cafétéria...

- "Joualvert", veux-tu bien me dire qu'est-ce que c'est que ça? ronchonne-t-il, tout bas, pour ne pas que les autres l'entendent. Il se penche et sort discrètement de sa poche de pantalon le slip de dentelle de sa compagne. Grrrrrrrrrrrrrrr! Et il le remet presto dans sa poche. Et que je suis tanné!  

Il prend son sandwich qu'il a inspecté vitement ce matin, et mord allègrement dedans.

- Oh, non, oh, non, c'est pas vrai! marmonne-t-il, découragé. Elle m'a encore attrapé!

Il s'incline comme pour attacher sa chaussure et il en profite pour cracher rapidement la bouchée dans sa main. Nauséeux, il regarde le contenu, et trouve un bout de papier rose. Il le déplie, et lit:" Coucou mon amour, j'ai encore réussi!" À bout de nerfs, il cache le message dans son autre poche, lâche la nourriture par terre, et avec son pied la pousse dans un coin. Puis il se redresse. Il ne sait plus quel ton prendre pour lui faire comprendre, mieux, pour la persuader qu'il est très fatigué de ne jamais savoir à quoi s'attendre. Or, cette situation le rend hyperémotif et il trouve que ça empire, même que ça s'envenime.  

- "Joualvert"! C'est rendu que je me sens constamment méfiant, et surtout sans aucun pouvoir, constate-t-il en lui-même, accablé. Mais là, sincèrement, je n'en peux plus! Comment vais-je régler ça?

Philippe ressasse toutes les bêtises de Gina, quand tout à coup, une idée de génie lui traverse l'esprit. Enfin! Il se frotte les mains de satisfaction et éclate de rire.

- Ben, c'est à moi de jouer! À nous deux, mon espiègle de femme! Et là, il est sûr de sa décision. Inutile de dire que sa détermination est coulée dans le béton, après avoir enduré, entre autres, tout ce qui suit:
Au bureau:
Gina a changé son café pour du jus de pruneaux.
Elle a enlevé son gâteau pour le remplacer par des biscuits soda.
Elle a trafiqué un de ses desserts avec un oeuf à la coque enrobé de chocolat noir.
Son sandwich au jambon préféré est devenu un sandwich aux bananes.
À la maison:
Elle a enlevé 3 pages de nouvelles dans son quotidien.
Elle a remplacé 2 pages dans le journal du jour, par 2 pages de nouvelles de la semaine dernière.
Elle a bloqué le capteur de la souris de son ordinateur avec du papier adhésif.
Elle a inversé les branchements de la souris et du clavier de son ordi.
Elle a également appliqué un papier collant sur le bouton raccrocheur du téléphone.

La patience de l'homme est à bout. Au bureau, la journée de Philippe s'achève, et au fur et à mesure qu'il approche de la maison, il est gonflé à bloc par la découverte de son audace.

- Bonjour mon amour, lui chuchote Gina en lui sautant au cou, tout en en profitant pour lui faire prendre un choc avec un fil qu'elle tient.
------------------------------
- Tu ne souris pas? Avoue que c'est songé! rigole-t-elle, indécise.
-----------------------------
- Voyons, Phil? Tu me fais tout le temps rire avec tes commentaires sur mes blagues! objecte-t-elle devant son inertie.
-----------------------------

Et le silence s'installe pour le reste de la soirée. Sans soucis, Gina est très confiante, et de plus, elle le connaît par coeur. Elle continue donc ses tours en sachant parfaitement qu'il va éclater de rire tôt ou tard. Aussi, le soir dans leur lit, pour parvenir à ses fins, elle lui fait une séance de chatouillement et le gagne à sa cause, sauf qu'après, il lui tourne le dos sans lui parler.

- Mon Dieu, je ne la croyais pas si rusée, songe Philippe tristement. Hélas, je me rends compte qu'elle est égoïste, et n'écoute absolument pas mes besoins. À demain Gina! Bien des surprises t'attendent!...

Au matin, sa femme prépare le déjeuner comme à l'ordinaire, mais Philippe lui brise tout de suite ses habitudes.

- Hey, tu ne manges pas avec moi? lui demande-t-elle en le voyant enfiler son manteau.
- Heu, non, sourit-il, d'un air suffisant. Cette semaine, j'ai décidé que je casserais la croûte tous les matins et les midis, au "Resto des belles". Il paraît que le service aux tables est incomparable et fort agréable. Alors, ça va me détendre, car j'en ai bien besoin. Et aussi je pense qu'un peu d'espace entre nous va empêcher la routine qui te fait tellement peur. 

Et il la quitte rapidement, sans l'étreindre, ni l'embrasser, et encore moins lui souhaiter une bonne journée.

- Hum, si tu penses que tu vas m'impressionner avec ça, mon doux mari, dit-elle, tu n'as encore rien vu!

Et la journée s'écoule rapidement, puis le soir tombe.

- Seigneur, je n'ai pas vu passer le temps, constate-t-elle à 18 h et Philippe est en retard pour la première fois en deux ans. Hum, hum, je suppose qu'il essaie encore maladroitement de me jouer un tour et elle s'en amuse.

Mais elle ne sourit plus, quand arrive 22 h. Le récepteur sur l'oreille, elle pousse un soupir, quand elle entend la voix de Benjamin, le meilleur ami de son mari. 

- Heu, Benjamin, ça m'ennuie de te téléphoner si tard! s'excuse Gina d'un ton angoissé.
- Pas de problème, répond-il en se retenant de rire.
- Sais-tu si Philippe avait rendez-vous avec ses copains à la brasserie, par hasard?
- Heu, pas à ma connaissance.
- Serais-tu au courant de l'endroit où il peut être à cette heure-ci?
- Désolé, mais non. Y a-t-il un ennui?
- C'est qu'il n'est pas rentré et ça ne lui ressemble pas, mais pas du tout. Enfin, tu le connais...
- Oui, mais il arrive parfois que  les gens aient des comportements tout à fait imprévus. Je ne sais pas ce qui se passe, heu, tiens-moi au courant, veux-tu?
- D'accord, répond-elle en pleurant.

Et elle passe la nuit toute seule à se morfondre. Au petit matin, les yeux gonflés par le chagrin, la mine défaite, les cheveux en broussaille, elle reste alitée, l'oreiller sur la tête. S'étant rendormie, elle se lève vers 10 h pour contacter la police, quand elle découvre un message sur le répondeur.

- Salut, dit son mari d'un ton ferme. Dommage d'en être arrivés là, mais je t'ai suppliée à maintes reprises d'arrêter tes coups pendables. Alors, si tu veux continuer à agir de la sorte, moi je déménage. Et ce n'est pas tout. Si je reviens à la maison, tu vas devoir me jurer de ne plus jamais recommencer. Et de plus, tu devras mériter ma confiance, et crois-moi ce n'est pas gagné...

- Ben dis donc, je ne reconnais plus mon époux, dit-elle, complètement éberluée. 

Et c'est comme si Gina avait reçu une gifle. Elle a eu si peur de le perdre, qu'elle s'est pliée aux demandes de son mari, qu'elle aime passionnément. Aussi, au fil des mois, leur flamme a redoublé d'ardeur, et ils sont maintenant heureux. On peut conclure qu'ils ont su tirer profit de la joueuse de tours...  

©   Tous droits réservés, Raymonde

*     Image prise sur le Web

Publié par Ray •   Ajouter un commentaire  2 commentaires


Félicitations! Bonne finale et surtout Bon Été!!!
Michelle Posté le 25/06/2014 14:11:30
Bonjour, encore une fois, merci pour les surprises et les photos. Le début de ta nouvelle nous promet une fin bien tournée comme toujours mais cette fois, je ne sais pas trop à quoi m'attendre sauf si que le petit mari a autant d'imagination que toi. Ce sera une bonne suite j'en suis certaine!
Michelle Posté le 12/06/2014 14:26:39



C'est bon pour le moral
La compagnie créole
compagnie_creole_c_est_bon_pour_le_moral
 
© 2011
Créer un site avec WebSelf