Rayenchante
Un petit quelque chose de bienfaisant...
 

Le grand ménage (Pour la vraie mise en page, cliquez le titre!)

11/10/2018 19:21:49

- Ouais, ben, c’est ce matin ou jamais que je retrousse mes manches pour abattre ce travail-là! Mon grenier est un vrai dépotoir, ça fait trop longtemps que je remets à plus tard, ronchonne Andréa, 60 ans, séparée depuis 6 mois. Elle a été en couple durant trois ans. Aujourd’hui, nous sommes le 28 mars 2016.

Chers lecteurs, il faut vous dire qu’après sa rupture, Andréa a décidé de se jeter dans le grand ménage et là, rendue dans le comble, elle affronte vingt ans de ramassage de vêtements, de chaussures, de décorations et de «en cas que ça serve». Elle est vêtue d’un vieux jeans noir taché de peinture et d’un coton ouaté sur lequel est écrit «J’aime me faire servir!». Alors là, «j’aime me faire servir!» est à quatre pattes par terre, le front au plancher, parce qu’elle essaie de sortir un bijou brillant, coincé sous une plinthe au bas du mur.

- Saint cybole, mais qu’est-ce que c’est que ça? rage-t-elle, depuis dix minutes, très intriguée, en tentant vainement de le dégager. Hey, ma foi, on dirait une chaîne! Ouais, ça ne sert à rien de persister de cette façon, sinon elle va se briser. Ben, qu’à cela ne tienne je vais prendre mon marteau pour déclouer la moulure, un point c’est tout.

Ce qu’elle fait en deux temps, trois mouvements...

- Hein? Il y a un trou derrière la boiserie, c’est bizarre!

Elle ramasse la chaîne en or, ornée d’un coeur, sur lequel est gravé «Tu es mon toujours». Oh qu’elle est belle! Ben oui, c’est la chaîne que Bruno m’avait offerte il y a des années et que j’ai tellement cherchée! Mais comment est-elle arrivée, là ? se questionne-t-elle. Et elle cherche  pendant plus d’un quart d’heure....Hum, que ça m’agace de ne pas savoir.......j’ai beau me creuser la tête....et chercher.....chercher.......

Et soudain, la lumière se fait...

- Ça y est, saint cybole, j’ai trouvé ce qui s’est passé! C’est mon ex, ce jaloux, cinq étoiles! Je suis persuadée que c’est lui qui a caché le bijou, parce que je lui avais dit que c’était un cadeau de Bruno. Et je viens de comprendre aussi pourquoi il aimait tant se réfugier au grenier, supposément pour s’isoler afin de composer ses poèmes à la noix. Avec son geste dégueulasse une chose est sûre, je suis débarrassée et ça va m’aider à l’oublier plus facilement!

Alors pour se changer les idées, Andréa s’amuse en essayant différentes tenues des années 70. Chaussée de souliers à semelles compensées, 2 pouces de hauteur, elle parade avec un pantalon pattes d’éléphant rempli de dessins géométriques rose fluo et vert lime. Puis, elle se regarde dans le grand miroir en marchant et en se déhanchant comme le font si bien les mannequins et elle éclate d’un fou rire.

- Je ne peux pas croire que je me suis habillée avec des horreurs pareilles! En plus, je nettoyais tout sur mon passage, parce que la mode exigeait que le bas du pantalon traîne par terre. Alors, le bord s’effilochait comme un guenille. Et que dire des souliers! Épouvantables est le seul mot!

Puis, elle enlève le pantalon et continue à fouiller et là, elle découvre des cuissardes mauves qu’elle met difficilement, parce qu’elles sont en vinyle. Elle se regarde encore et hoche la tête, découragée.

- Mais comment j’ai fait? Je me souviens très bien la première fois que je les ai enfilées, un ami a éclaté de rire en me traitant de grande réglisse, moi qui venait tout juste de les acheter. Et après ça, je ne les ai portées qu’une seule fois.

Finalement toute la journée y passe et elle jette trois gros sacs à poubelle de vêtements, mais la corvée est loin d’être finie.

- Oh, oh, oh, décidément, c’est la journée des découvertes! Mais qu’est-ce que c’est ça?...à suivre...Hein? Saint cybole, s’exclame-t-elle, plus qu’intriguée, car, elle aperçoit, sur le dessus d’une vieille commode, des journaux empilés, d’où d’en-dessous dépasse un livre à moitié caché. Alors, curieuse, elle le tire vers elle. 
Mais, voyons, c’est mon roman préféré «Dix jours de rêve», que j’ai cherché autant comme autant. Pauvre ex.! Pauvre jaloux! Avec le recul, ça ne me surprend plus du tout qu’il l’ait dissimulé, parce que c’est Bruno qui me l’avait offert. Y en a-t-il encore beaucoup de cachettes, comme celle-ci?

Et c’est ainsi qu’en fouillant partout dans le grenier, dans plusieurs endroits improbables, Andréa retrouva presque tous ses cadeaux enfouis: le t-shirt écrit d’un immense AB, qui voulait dire Andréa et Bruno, le bracelet en coquillage des Bermudes, la serviette de plage venant d’Hawaï et son favori, le carnet d’adresses, relié de cuir bleu roi, rapporté du Japon. Et curieuse, elle le feuillette. 

- Tiens, j’avais oublié qu’il est maintenant rendu à Montréal. Je me demande bien ce qu’il est devenu. Il ne m’a jamais envoyé de courriels ni de courriers, ça me surprend tellement. C’est très étrange et ça ne lui ressemble pas.  

Elle range donc dans une boîte, toutes ses découvertes, mais malheureusement elle échappe son livre par terre, dont la couverture se corne. 

- Oh, non, saint cybole, le cartonnage de mon bouquin est abîmé! se fâche-t-elle en se penchant pour le ramasser. Oh, oh, voyons, c’est quoi encore cette enveloppe-là? Ma foi, elle était insérée dans le roman? Hum, et depuis quand, en plus? 

Elle s’assoit par terre et la décachette tout de suite, car elle reconnait l’écriture.

- Oh, mon ami de longue date! Cher Bruno, que je suis contente! Tremblante et heureuse, elle lit avidement le message...

Jeudi, 28 mars 2013.

- Ouais, hélas, ça fait trois ans! gémit-elle, en regardant la date. Hein? Saint cybole, ça ne se peut pas, c’est le même mois et le même jour qu’aujourd’hui! Et bien, tout un hasard!

Ma chère Andréa, 
Coucou, c’est moi, ton copain Bruno. J’espère que tu vas bien! Je suis triste que tu n’aies jamais  répondu à mes lettres, alors j’ai cru que tu avais tourné la page, aussi cette missive est la dernière. Bon, voilà, depuis mon départ, j’ai été PDG d’une grande compagnie d’importation, et demain je déménage à la même adresse qu’avant, dans la maison dont j’ai héritée, comme tu le sais. Aussi, si tu es libre, j’aimerais te contacter car notre amitié a toujours été très importante à mon coeur. J’ai beaucoup changé, en dehors comme en dedans et je me permets de t’envoyer mon nouveau «look», j’espère que tu l’aimeras. 
P.S. «Tu es mon toujours» 
Bruno x

- Saint cybole, wow, comme il est beau! Elle contemple la photo en souriant, pleine de joie. Il est vraiment devenu canon, mon copain, avec sa coupe de cheveux, ses vêtements tendance, il est complètement méconnaissable et wow, il est magnifique! Ça me chagrine qu’il m’ait écrit plusieurs fois et que je ne l’ai jamais su, s’écrie-t-elle, terriblement en colère. C’est fort probable que mon ex les a détruites, oh, lui, pauvre ex, mais, drôle de hasard, il a oublié celle que je viens de lire. 

Andréa devient très songeuse et Bruno est l’acteur principal de ses rêveries...

- Oh que j’ai le goût de lui téléphoner, mais en même temps j’ai tellement peur qu’il soit en amour, que je le dérange ou qu’il me rejette. 

Au final, Bruno a non seulement répondu avec bonheur à son appel téléphonique, mais il l’a invitée à souper à la «Fine fourchette», leur resto préféré. Et là, elle lui a expliqué ce qui s'est passé avec son courrier. Tous les deux, attablés, ils sont en paix et se regardent comme si c'était une première rencontre.

- Andréa, je dois t’avouer ce que je n’ai jamais eu le courage de te confier, dit-il, très ému. Depuis que je te connais, je t’ai toujours aimée comme un amoureux, pas comme un copain. 
- Hein? Sérieux? Désolée, je ne m’en suis jamais aperçu. Mais là, tout est changé maintenant, affirme-t-elle, en lui serrant la main, car j’ai eu un coup de coeur en admirant ta photo. Je sais que ça fait cliché, mais j’ai un cadeau pour toi! sourit-elle, en lui tendant. 
- Oh, ma douce, ma merveille, déclare-t-il, les larmes aux yeux, en découvrant le médaillon gravé avec les mêmes mots «Tu es mon toujours». 

*   Tous droits réservés, Raymonde  

*   Image prise sur le Web 

Publié par Ray •   Ajouter un commentaire  1 commentaires


Quelle belle intrigue!  Bien hâte de lire la suite.
Michelle Posté le 12/10/2018 02:49:51



C'est bon pour le moral
La compagnie créole
compagnie_creole_c_est_bon_pour_le_moral
 
© 2011
Créer un site avec WebSelf