Rayenchante
Un petit quelque chose de bienfaisant...
Cliquez le titre! (NOUVEAU)
rss feed
Archive(s) :
select

Ursule contre Hercule

06/03/2013 15:57:02
Plus de place pour une petite virgule
Sur ma démente cédule,
Et je suis sur les rotules
Quand je sors de "Au balcon des pendules",
Se dit la pauvre Ursule.
Son patron prénommé Hercule,
Associé à monsieur Théodule,
Est dépourvu de scrupules:
Il se comporte comme une crapule,
Avec le cerveau rempli de calculs.
Pour ce faire, il manipule
Ses employés crédules,
Tortionnaire, il les bascule
Dans un horaire qui les bouscule,
Et jamais il ne les stimule,
Encore moins ne les congratule,
Car il vit seulement pour son pécule.
Dans tous les bureaux, il déambule
Fier comme un consul,
Et il harcèle Ursule
Pour l'amener à Tulle,
Mais elle se méfie d'Hercule
Car avec ses discours, il module,
Fanfaron devant les femmes, il ondule,
Puis finalement, avec elles, il copule,
En grandes majuscules,
Après, il les traite comme des bidules.
Par contre, le contrat d'Ursule
En long, en large, stipule
Hélas en minuscules,
Qu'elle a droit à sa bulle,
Que son bureau n'est pas un vestibule.
On peut dire sûrement que ce patron fabule
S'il croit qu'Ursule
Va tomber dans ses tentacules,
Car sous des airs de libellule,
Facilement elle dissimule
Une bonne tête de mule.
Lui, pour se venger, sans préambule,
Comme on se débarrasse d'un pitbull
Il congédie Ursule
Car elle refuse encore qu'il soit son jules.
Mais cette fois le pauvre Hercule,
Écrasé par cet échec, finalement r...Lire la suite
Publié par Ray •   Ajouter un commentaire  4 commentaires

Entrez et montez!

05/02/2013 19:03:03
Voici l'histoire d'une femme cougar, âgée de cinquante-six ans et qui vient de marier un mec de seize années, en moins. Malgré une certaine vigueur, ce dernier est affligé d'une musculature développée devant l'ordinateur, c'est-à-dire presque nulle, d'où beaucoup d'entraves...

- Oups! gémit Benjamin, accablé, car la porte de leur maison se referme en lui cognant l'échine. Alors, il chancelle, ainsi que le précieux fardeau dans ses bras, Lynda, sa nouvelle épouse. Les genoux légèrement fléchis, rappelant tristement un primate, il se dirige malaisément vers l'escalier.
- Écoute, mon petit canard doré, susurre sa belle douce, tu n'es pas obligé de te condamner à grimper les douze marches pour me déposer sur notre lit, tu sais!
- Je veux relever le défi, ma cocotte à plumes roses, halète-t-il les bras tremblants.
- Étant donné que le stress m'a fait engraisser, je ne veux pas que tu t'éreintes le soir de nos noces, ce n'est pas le moment de te blesser le dos, murmure-t-elle, coquine. Arrête, s'il te plaît!

Sourd comme un homme, Benjamin entame la montée, croulant presque sous la charge et en ce moment, il en est seulement à la troisième marche. Lynda, les yeux ronds par-dessus ses lunettes, reluque nerveusement la rampe, hélas face à elle. C'est que depuis toujours elle souffre de vertige et là, elle panique en s'imaginant sur le bord d'une falaise. Or, nous allons l'apprendre tout de suite, quand la peur s'empare d'elle, elle a la nausée. De son côté, l'époux flageo...Lire la suite
Publié par Ray •   Ajouter un commentaire  3 commentaires
Annie et Félix Laterreur sont invités à souper chez les Latendresse, dont Hugo, ingénieur, travaille pour ce dernier. D'ailleurs, Félix est plus qu'embarrassé de cette initiative, lui qui, habituellement, garde ses distances avec ses employés. Annie lui prend le bras et ils montent les quelques marches, quand soudain, ils entendent une dispute qui éclate à l'intérieur. Alors, Annie retient sa main qui s'apprête à sonner...

- Tais-toi, Sandra! hurle Hugo. Dépêche-toi! Annie et Félix vont bientôt arriver, sors ton attirail et enfile dare-dare ta robe rouge, sexy.
- Non! rugit-elle, pour qui tu te prends? Pour un caïd de la mafia? Toi et tes ordres, as-tu vu de quoi j'aurai l'air, là-dedans?
- De ce qu'il faut, allez ouste! À part de ça, tu n'as pas le temps d'argumenter, ils vont être là d'une minute à l'autre!
- En effet, je n'ai pas le temps! Tu as encore le dernier mot! lâche-t-elle. Et de guerre lasse, elle s'habille rapidement, sort de la chambre et se rend au salon.
- J'ai peur de ce que je vais voir! gémit Sandra, les yeux fermés devant le miroir. Puis, elle se fixe, horrifiée. Oh, non! Je ressemble à une grue de bordel dans les années trente!
- En tout cas, enragée de même tu te forges vraiment un visage qui date de cette époque!
- Va te faire voir, toi! Tu me demandes de jouer à la femme provocante qui fait croire qu'elle ne s'en aperçoit pas, avec un décolleté jusqu'à la ceinture. Et pourquoi? Pour titiller ton patron, mais dans quel but? Tu n'as jamais voulu me le dire! Une bien belle con...Lire la suite
Publié par Ray •   Ajouter un commentaire  4 commentaires

Que veut-il pour Noël?

11/12/2012 16:06:48
Guy, séducteur haut de gamme, genre Brad Pitt, s'entend, se sourit dans la vitrine avant d'entrer chez "Fignolage, rembourrage". Il passe la main dans ses cheveux impeccables, puis il pousse la porte. Il faut vous dire qu'il adore manier les mots et surtout s'écouter... Mais hélas quand l'habileté est passée, Guy était ailleurs, en d'autres mots, en train de chausser ses gros sabots.

- Bonjour! Qu'est-ce que je peux faire pour vous? demande Ginette en plaçant une boule de Noël dans le sapin tout en claquant fortement deux bulles avec sa gomme.

Il sursaute, puis avant de lui répondre, il lui sourit comme il en a pris l'habitude. Et oui, il lui a fallu des heures de pratique devant son miroir, jusqu'à l'effet désiré, c'est-à-dire celui qu'il trouve adorable, tant et si bien que c'est devenu sa marque de séduction.

- Je me présente Guy Groulx. Je travaille au bureau, sis en face, chez "ID limitée", donc j'ai l'inestimable chance d'être le témoin privilégié de vos allées et venues. Et à chaque jour, tant que vous êtes dans mon champ de vision, mes prunelles se plaquent sur votre silhouette jusqu'à votre complète disparition.
- Je ne saisis pas, là! le coupe-t-elle, assez abruptement en se rassoyant à son bureau.
- Heu! C'est que, comment dire? Tous vos membres si merveilleusement associés font de votre personne une pure délectation pour mes rétines et...
- De quoi vous parlez, là? demande-t-elle en claquant de nouveau deux bulles, ce qui le fait encore sursauter.
- Bon, alors je serai succinct...
- Succinct? l'in...Lire la suite
Publié par Ray •   Ajouter un commentaire  3 commentaires

Fred et Mado

13/11/2012 16:07:00
- La ferme! Cette fois, je retourne chez ma mère! hurle Madeleine, rouge comme une tomate.
- Wow! Wow! On se calme! riposte fermement son mari.
- Ne me dis plus jamais quoi faire, Fred, ne me pousse pas à bout! lui ordonne-t-elle.

Elle lance ses deux valises sur le lit, puis les ouvre et vide furieusement ses tiroirs, un à un, dedans, elle, la femme méticuleuse qui, d'habitude, n'admet aucun faux pli. Alors, son époux s'approche par derrière et lui ceinture la taille.

- Voyons, ma petite poulette, c'est ton cocorico préféré, là, hein? Tu l'aimes ton beau coq d'amour, non? insiste Frédéric, doucereux.
- Ouais, belle romance! À t'écouter on se croirait dans une basse-cour! ricane-t-elle en se déprenant. Elle se retourne brusquement pour lui faire face et le repousse en fulminant. Tu l'aimes ton beau coq d'amour, non? singe-t-elle pour le ridiculiser. Malheureusement, je me croyais plutôt mariée avec un gentil pigeon, tu sais ce mignon volatile, tout doux et notamment FI-DÈ-LE!
- Volatile? De quoi tu parles, là?
- Oh laisse faire! s'impatiente-t-elle en continuant sa corvée.
- Qu'est-ce que tu me reproches encore?
- Non seulement, tu es un homme des tavernes, mais, parlant de basse-cour, il t'en faut une et pas n'importe laquelle, non, une basse-cour débordante de jeunes poulettes. Elle s'approche à quelques pouces de son visage. Basse-cour, est-ce assez bas, ça? scande-t-elle, la main à sa ceinture.
- Oh, c'est donc ça? Tu écoutes les ragots de la petite ville et tu crois tout ce qui se dit, hein? rétorque-t-il, condescendant. Ma pauvre Mado t...Lire la suite
Publié par Ray •   Ajouter un commentaire  5 commentaires
first prev ... 11 12 13 14 15 ... next last
C'est bon pour le moral
La compagnie créole
compagnie_creole_c_est_bon_pour_le_moral
 
© 2011
Créer un site avec WebSelf