Rayenchante
Un petit quelque chose de bienfaisant...
 
rss feed

Insomnie

22/08/2011 23:30:09
Dix heures passées,
Je m’en vais me coucher.
Une fois alitée,
Mes couvertures remontées
Je tapote mon oreiller.
Cibole! Ça commence à me piquer,
En dessous du pied.
Sous les couvertures j’ai plongé
Pour me gratter,
Puis je me suis recouchée.
Après, je m’ordonne de bien respirer
Quand une idée
Vient m’agacer,
Ai-je bien remonté
Mon réveil Mickey?
Dans l’obscurité,
J’ai tâté,
Palpé,
Fouillé
Pour le trouver,
Mais j’ai accroché
Mon verre d’eau qui s’est renversé.
Impatientée,
Je me suis redressée
Pour allumer ma lampe Mickey.
J’ai regardé
Le dégât étalé
Et une grimace je lui ai envoyée.
Le réveil doit être resté
Dans la chambre de Roger,
Cet homme, je vais l’assommer.
Je me suis relevée
Pour aller le chercher,
Pas Roger,
Le réveil Mickey
Et dans l’eau j’ai glissé.
J’ai bien failli m’estropier,
Car je suis tombée
Les jambes écartelées.
Un juron j’ai lâché,
Mes pantoufles j’ai agrippées
Pour m’essuyer
Et aussi éponger
Le plancher.
Puis, je me suis encore relevée
Et j’ai marché
Les jambes arquées,
Comme une parenthèse fermée.
Aïe! C’est une atrocité,
...Lire la suite
Publié par Ray •   Ajouter un commentaire  0 commentaires

Danse sur un pied

22/08/2011 23:26:49
Sur mon pied,
Perché,
Mon fiancé
S’est dandiné
Toute la soirée
Sans se soucier
D’arrêter
De me l’écraser.
Il me criait
D’une voix d’agnelet:
"Si tu voulais
On se marierait!"
Répondre, je ne le pouvais
Tant je m’essoufflais,
Parce qu’il me déménageait
Aux quatre coins du parquet.
Hélas, mes orteils
Ripostaient à vue d’oeil
Par une enflure
Qui coinçait ma chaussure.
Les yeux exorbités,
La mâchoire crispée
Et le sourire figé,
J’étais presque pliée,
Mais la bienséance
Me dictait le silence
Car cette chance
Devenait ma survivance.
Je pensais sans bon sens
Si tu veux cette alliance,
Endure que ça élance
Et attends la fin de la danse!
La sueur au visage,
Les aisselles en nage,
Je sentais la rage
Qui décuplait mon âge.
Mon pied gonflé
Était étranglé
Dans mon soulier
Qui me faisait boiter.
J’étais éreintée
Presque enragée
Car la polka endiablée
Durait une éternité.
Et mon partenaire,
Sur mon pied comme un locataire,
Sautait de façon cavalière
Et je souffrais le calvaire.
Je fermais les paupières
Pour adoucir cette misère
Mais mes idées meurtrières
Raidissaient mes manières.
Absalon,
De tout son long,
...Lire la suite
Publié par Ray •   Ajouter un commentaire  0 commentaires

Jacob et le mouton

22/08/2011 23:21:48
Nous sommes le 24 juin mille neuf sans soucis. Cette année, la Société Saint-Jean-Baptiste décide qu’elle aura son mouton pour la Fête nationale, mais le hic: qui se chargera de ce dossier? À la réunion hebdomadaire, Jacob reconnu pour sa candeur, lève la main. Il se propose naïvement, euh! pardon, généreusement pour l’opération «laine frisée», c’est-à-dire amener la bête en ville.

Après plusieurs appels téléphoniques, un fermier accepte de prêter son animal, à deux conditions: premièrement, s’arranger pour le capturer et deuxièmement, le ramener vivant après les festivités.

Alors, le matin du 24 juin, notre aventurier saute dans sa voiture en sifflant «Que c’est beau la vie!» et il se rend à la ferme à St-Boniface. Le cultivateur l’accueille avec une grande compassion, mais surtout beaucoup d’humour, car il sait pertinemment qu’il n’est pas aisé de se saisir de ce quadrupède, surtout lorsqu’il broute librement dans un champ. Il lui désigne le plus petit et le plus nerveux parmi le troupeau. Jacob enjambe donc la clôture et l’approche lentement en lui murmurant que son auto est très confortable. La bête, surprise, recule, puis s’enfuit à toutes jambes en bêlant des bêtises et si un mouton pouvait rire, le premier essai est ici. Lui, les deux mains sur les hanches, se parle, car il sent déjà que ça va être du sport. Or, il est nul en sport. Au loin, l’animal mâchouille en le regardant, et on dirait, ma foi,...Lire la suite
Publié par Ray •   Ajouter un commentaire  0 commentaires

911

22/08/2011 23:10:27
Allô! Allô! Allô! 911? Oui bon. Je téléphone de Québec, oui c’est une urgence madame. Voilà. Je suis en train d’écouter un clips à Musimax et je pense qu’il y a une grande épidémie. Oui, je vous le dis. Tout à l’heure la chanteuse qui était là était toute enflée: sa bouche, son buste et même ses fesses. On aurait dit qu’elle délirait parce qu’elle se tordait dans tous les sens. Écoutez-moi, je vous le dis qu’elle ne va pas bien. En plus, on dirait qu’elle a des vers. Voyez ce que je veux dire? Et ses amis du clip aussi. Il y en a un qui souffrait tellement qu’il se roulait par terre en sortant la langue. Ca ressemble à de la folie, je vous dis. Il y en avait deux autres à quatre pattes qui se prenaient pour des chiens, car ils essayaient de s’accoupler. Après, ils se sont relevés et se sont passé la main partout sur le corps pour vérifier s’ils avaient tous leurs morceaux. Je vous jure ils ont vraiment l’air malade. Et la chanteuse en les voyant si mal en point hurlait dans le micro pour demander de l’aide. Elle insistait beaucoup parce qu’elle répétait toujours la même chose. Et elle est devenue subitement comme une agonisante, les yeux fermés, la bouche asséchée au point de se sortir la langue elle aussi. En grande panique elle s’accrochait à son micro quand ce n’était pas après son copain. Je vous répète qu’ils ont tous besoin d’aide. Et à un moment donné, elle souffrait tant qu’elle s’est agrippée à une col...Lire la suite
Publié par Ray •   Ajouter un commentaire  0 commentaires
Pour le bénéfice du lecteur, je dois noter ici que le vêtement dont il est question était méconnu.

Donc, nous sommes en 1960, dans une petite ville du Québec. Depuis quelque temps, au conseil municipal, un sujet fort épineux déclenche des controverses très corsées. En effet, chaque réunion hebdomadaire a son ordre du jour encombré de ce point: le short pour les hommes, pour ou contre? Dans l’affirmative, jusqu’où doit-on laisser ces messieurs exhiber leurs mollets velus? Faut-il s’en tenir seulement à la rotule dégagée ou aller un peu plus haut? Et à combien de pouces peut-on évaluer la décence? Bref, la pudeur et l’audace se bataillent allègrement. Alors, après 4 assemblées orageuses, on adopte, en majorité, un short dont la longueur va caresser à peine l’os rotulien, c’est-à-dire 21 pouces à partir de la ceinture.

Suite à cette décision, bientôt, on voit déambuler sur la rue principale, des hommes de petite taille qui se croient en short, mais dont le gabarit voté les attife d’un pantalon très laid, oscillant entre le long et le trois quarts. Et ce vêtement hideux ne dévoile qu’un tout petit bout de jambe, rappelant malheureusement des pattes de meubles.

L’inverse, par contre, devient fort intéressant, car le gaillard de 6 pieds jouit de la même réglementation, mais le résultat montre beaucoup plus qu’il ne cache. Ici, l’esthétisme n’est aucunement mis en doute, sauf que tous ne sont pas de cet avis. De ce fait...Lire la suite
Publié par Ray •   Ajouter un commentaire  0 commentaires
first prev ... 13 14 15 16 17 next last
C'est bon pour le moral
La compagnie créole
compagnie_creole_c_est_bon_pour_le_moral
 
© 2011
Créer un site avec WebSelf