Rayenchante
Un petit quelque chose de bienfaisant...
Cliquez le titre! (NOUVEAU)

Pierrette et Luc à la Saint-Valentin (Pour la vraie mise en page, cliquez le titre!)

11/02/2015 23:19:01

Cette histoire se passe à la "Terrasse de la place, en masse", un magnifique paradis, tout en verrière, bourré de deux cents personnes, autrement dit toutes les tables sont occupées. Cela crée un tumulte festif et hallucinant qui multiplie les erreurs de commande et les serveurs hypernerveux ne savent plus où donner de la tête. À cet endroit, Pierrette, la belle quarantaine, sirote une coupe de vin blanc en profitant du soleil qui se faufile à travers les vitres. Aujourd'hui elle célèbre le début d'une semaine de congé pour skier et s'adonner à la raquette. Or, soudain, un bruit de pas assourdissant, genre éléphant qui attaque, l'horripile à un point tel qu'elle se vire. 

- Oh non, non, non, non, le cauchemar, il y a juste à moi à qui ça arrive, ça! songe Pierrette en apercevant un mec fringué comme pour faire rire les autres et qui se dirige droit vers elle.
- Je me trompe ou vous êtes là, exactement pour moi? l'aborde l'inconnu en s'inclinant avec un salut
moyenâgeux.
- Non, vous faites erreur, croyez-moi! riposte-t-elle en détournant la tête.
- Je veux bien vous croire, mais l'erreur est humaine n'est-ce pas, et l'humanité est une de mes plus belles qualités.
- Vous m'en direz tant! riposte-t-elle fermement, toujours sans un regard.

Ici, il ne faut pas juger Pierrette trop sévèrement, car l'homme ne prête vraiment pas de mine. En effet, son crâne est enseveli sous une chevelure énorme qui pourrait cacher un chat de gouttière, et il porte de grosses lunettes noires, façon châssis, ainsi qu'un coton ouaté qui a dû être mauve. Comme si ça ne suffisait pas, sur son coton ouaté, on lit ces mots "Ne rien faire, mais le faire bien!", orthographiés d'un hideux jaune canari. Et le reste de son accoutrement empire encore son allure avec un pantalon en "fortrel" d'un brun douteux et des souliers épouvantablement massifs, parfaits assurément pour assommer un boeuf.

- Euh.............je me présente, mon prénom est Luc et je suis inoubliable, rit-il en lui présentant la main. 

Elle feint d'être seule et continue de contempler le paysage enchanteur, émaillé d'un lac sublime, sur lequel s'amusent des dizaines de patineurs.

- Euh.............est-ce que je peux vous montrer quelque chose? l'implore-t-il. Après, bien, si vous l'exigez, je vais détaler, d'accord?
- Hum, hum, répond-elle, soudain curieuse, en le fixant.
- Combien voyez-vous de doigts? la questionne-t-il en lui présentant ses deux mains.
- Ben, dix, voyons, soupire-t-elle, puis elle hausse les épaules et se tourne pour prendre une gorgée de vin.

Pendant qu'elle boit, il en profite pour replier son pouce droit dans sa paume, juste avant qu'elle se retourne à nouveau.

- Mauvaise réponse! Pas dix, la contre-t-il, les mains toujours dans les airs, mais neuf. Parce que si vous ne voulez pas que je m'assois avec vous, ça serait aussi pénible que s'il me manquait le pouce droit. Et que serait ma vie, hein, sans le premier doigt de la main? Tout deviendrait difficile pour moi, qui suis un bon citoyen! Oui, oui, impossible de boutonner ma chemise, sans le pouce? Ou de lacer mes chaussures, juste d'une main. Et encore pire de manger avec ma menotte gauche? Il y aurait de la nourriture partout, surtout sur le devant de mon linge et on pourrait même savoir quel est le menu du jour, juste en regardant la couleur des dégâts. Est-ce que vous voulez réellement m'infliger ça?.................Oh, oh, est-ce un sourire que j'aperçois, là? ajoute-t-il, l'air vainqueur.
- Ouais, on peut dire que vous avez de la suite dans les idées, vous!
- Oh pas juste ça, si vous saviez! Attendez de mieux me connaître, et vous ne voudrez plus vous passer de ma présence! Après? On verra...
- Agissez-vous toujours comme ça, en fonçant vers les gens, aussi élégamment qu'un rhinocéros?
- Seulement quand je veux quelque chose, et aujourd'hui c'est d'entrer en contact avec vous, parce que vous m'intriguez.
- Hum, d'autant plus que vous n'avez aucune place disponible, sauf à ma table.
- J'avoue que ça aide un peu, mais si je n'avais pas d'intérêt pour votre personnalité, je ne serais pas là, croyez-moi!
- Vous ne manquez pas de toupet, en tout cas! martèle Pierrette.
- Même si je n'en ai pas?

Intriguée par sa réponse, elle l'observe et remarque qu'en effet, il ne porte pas de frange. Aussi, elle éclate d'un de ces fous rires qui comblerait n'importe quel humoriste de la planète. Elle s'essuie les yeux et, tout à coup, hoquète....

- Hic......hic.........hic......non, ce n'est pas...... hic....vrai, pas le....... hic.....hoquet! gémit-elle, écoeurée.
- Je connais mille trucs pour le faire passer! déclare Luc, j'ai la situation en main, faites-moi confiance!

Alors il se précipite comme si on lui avait piqué le postérieur avec une aiguille à laine et il lui serre subitement le bras. Et Pierrette se croyant attaquée le repousse si brutalement qu'il tombe assis par terre. À cet instant, tous les clients cessent de parler pour regarder le spectacle. Et chose étrange, là, sans s'en apercevoir, Pierrette et Luc vont se tutoyer.

- Relève-toi......hic....... immé.....hic........diatement! lui susurre-t-elle, rouge comme une mare de ketchup.

Il s'exécute en la fixant comme si elle était une cinglée échappée d'un hôpital spécialisée, dans vous savez quoi...

- Mais pourquoi m'as-tu frappé?
- Personne.........hic........ ne va me.........hic........ serrer le bras........hic.......... tu m'entends?
- Je voulais juste te surprendre pour faire passer ton hoquet! gémit-il, ce qui le fait nasiller.

Et malheureusement, il veut tellement l'aider, que soudain il lève les deux bras, se croise les yeux et sort la langue en s'approchant à deux pouces de son visage.

- Bouh! gueule-t-il, oubliant complètement où il se trouve.
- Si tu........hic..........ne cesses............hic...............pas ce..........hic.......comportement...........hic.......débile.......
hic.......va-t'en.......hic....tout de suite........hic..............dégage!..........hic......    
- Et si tu buvais à l'envers?
- C'est assez......hic......les trucs.........hic.......crétins............hic.......ça va passer......hic......
- Mais la meilleure astuce, prends sept gorgées d'eau sans respirer, c'est infaillible!

N'en pouvant plus, elle lui obéit et boit. Malencontreusement c'est un échec. Luc devient tellement déçu, que sa lèvre inférieure tombe et en plus il la retourne, ce qui lui dessine un ourlet de babine rose du plus mauvais effet.

- Ah, ah, ah, ah, ah, ah, ah, ah, ah, ah, ah! s'esclaffe-t-elle en l'apercevant.

Pierrette rit aux larmes en se tenant les côtes, tellement que son mascara dessine deux sillons noirs comme les statues garnies de fiente de pigeons. Et à son tour, il éclate de rire, façon un âne avec un sabot pris dans une poulie. Alors, tous les clients de la terrasse embarquent dans ce fou rire. Puis, les serveurs accourent en se demandant ce qui se passe et eux aussi participent à la gaieté ambiante.

- Oh mon Dieu que ça m'a fait du bien! s'écrie-t-elle en reprenant son souffle et en lui tapant amicalement le bras. Wow, bizarre, le hoquet est arrivé et est parti pendant que je riais!...Allez, tu peux t'asseoir!

À la "Terrasse de la place, en masse" tout rentre dans l'ordre, les employés ne savent toujours plus où donner de la tête et les clients recommencent à discuter entre eux...

- Qu'est-ce que je peux vous servir? demande le garçon.
- Un jus de tomate froid! répond Luc.
- Bien!
- Et que je suis content de t'avoir rendu service! D'abord, quel est ton prénom?
- Pierrette!
- Enchanté Pierrette, ajoute son invité en lui tendant la main. Et regarde, mon pouce est revenu, puisque tu m'as accueilli à ta table.  

Ils se sourient. Et pendant ce temps le serveur se trompe à plusieurs reprises en apportant une tisane à la camomille, un chocolat chaud, un verre de lait avec de la cannelle et finalement son jus de tomate froid.

- Euh..........comme tu sembles apprécier mon aide, est-ce que je peux te demander une faveur, en retour?
- Dis-moi et je verrai!
- Euh, je me sens gêné tout à coup, c'est difficile à confesser.
- Allez, je t'écoute! sourit-elle, tellement soulagée.
- Voilà. J'aimerais que l'on fête la Saint-Valentin, ensemble, même si on n'est pas des amoureux! Ça ne m'est jamais arrivé, j'étais toujours seul.
- Jamais? Euh, mais la Saint-Valentin est passée!
- Qu'importe la date! Ça va aller, avec le fait que l'on ne forme pas un couple, non plus...hein?

Sceptique, elle observe son apparence et une gêne subite l'envahit au point qu'elle rougit comme une mare de ketchup. Et juste à penser à un souper en sa compagnie, les oreilles lui bourdonnent comme si la haute pression venait de l'envahir. À la limite, elle aurait honte, déjà qu'aujourd'hui elle fait un grand effort pour être assise avec lui. Mais comme elle a bon coeur et qu'il s'est confié à elle...

- Bon j'accepte de partager un repas avec toi, à la condition que l'on s'habille chic pour cette sortie. Qu'en penses-tu?
- Parfaitement d'accord! Alors quand?
- Samedi prochain, ça te convient?
- Et comment! rit-il, tout joyeux.
- On se retrouve donc "Aux cinq fourchettes", il paraît que c'est très bien. 19 h, ça va?
- Oh, oui, à plus!

Ils se lèvent de table et se quittent en s'envoyant la main. À quelques jours de là, drôle de hasard, ils arrivent en même temps "Aux cinq fourchettes". Ils entrent et se dirigent à la table qu'elle a fait réserver. Et tout près ils déposent leurs manteaux au vestiaire.

- Wow! Tu as vraiment fait un effort! s'exclame-t-elle en l'apercevant.
- Veston à paillettes pour vous honorer, madame, jeans avec trous parce que j'aime, mocassins rouges en l'honneur de Valentin et bas noirs, parce que mon rêve est mort.
- Euh, quel était ton rêve?
- Toi, Pierrette!
- Ah bon!
- Mais vois-tu, je ne veux pas t'offusquer, mais je ne ressens que de l'amitié pour toi!
- Tape-la! lui dit-elle en lui présentant sa main! C'est la même chose pour moi.

Or suite à cette soirée, ils sont devenus les meilleurs amis de monde, ce qu'on appelle une amitié à toute épreuve. Et jamais Pierrette n'a essayé de lui enlever son originalité vestimentaire. De ce fait, en le respectant, elle a appris à se désintéresser de ce que les autres peuvent penser et Luc la surprend à chaque fois qu'ils se voient. Et elle le trouve très divertissant!

Finalement c'était vraiment la Saint-Valentin pour Pierrette et Luc, car la tendresse en fait aussi partie!

©   Tous droits réservés, Raymonde

*    Image prise sur le Web 

Publié par Ray •   Ajouter un commentaire  2 commentaires


Allo, tout est bien qui fini bien! Divertissant et attendrissant à lire... Beaucoup aimé le vidéo de chats et chien. Les autres aussi mais surtout celui-llà évidemment. Jamais trouvé le croissant de lune même si j,ai bien cherché.
Michelle Posté le 26/02/2015 21:10:14
À suivre certainement! Tu as encore réussie à m'intriguer. Bravo!
Michelle Posté le 12/02/2015 21:37:42



C'est bon pour le moral
La compagnie créole
compagnie_creole_c_est_bon_pour_le_moral
 
© 2011
Créer un site avec WebSelf