Rayenchante
Un petit quelque chose de bienfaisant, j'espère...
 

Un souper très spécial (Pour la vraie mise en page, cliquez le titre!)

31/08/2016 20:05:56

Séverine, institutrice, célibataire, la joyeuse quarantaine, aime beaucoup convier à souper, le dernier vendredi du mois, trois voisins qui sont devenus ses amis, et ce, depuis bientôt un an. Ils habitent tous le même immeuble, situé au 600 rue Loiseau, à Ste-Rose- des- Flamants. Et pour le moment, ces quatre personnes ont épousé le célibat.

Donc, à ces soirées, après l’apéro au salon, tout se déroule dans la salle à manger où chacun a sa place attitrée. D’abord Séverine s’assoit en bout de table, étant celle qui reçoit, mais surtout pour faire le service. Assis à sa droite, nous retrouvons Noé, âgé de soixante-quinze ans, farceur invétéré avec ses blagues amusantes, mais étant spontané, il coupe souvent la parole. On lui pardonne car ce personnage haut en couleur est des plus divertissants. 

En face de notre rigolo, la belle Laetitia, caissière, vingt-neuf printemps, personnalité sans filtre, qui dit tout ce qu’elle pense, ce qui crée des situations assez surprenantes. Finalement, à l’autre extrémité, face à Séverine, le beau Frank, quarante-cinq ans, plombier de son métier, pas très doué, il sème les dégâts comme d’autres les pommes de terre. Or, la population à Ste-Rose-des-Flamants étant de trois pelés et deux tondus, on se demande comment il peut encore trouver du travail. La seule explication plausible c’est qu’il possède ce petit quelque chose que l’on appelle du magnétisme, car Frank attire les gens, où qu’il soit.

Et le repas débute selon leur rituel avec Noé qui cogne son assiette, toujours comme si sa vie en dépendait.

- Attention, attention, à votre demande spéciale, voici ma petite blague, proclame-t-il. 
- On est toute ouïe! l’encourage l’hôtesse en souriant d’avance.
- Bon, c’est l’histoire d’un gars qui entre dans un bar et aperçoit une magnifique jeune femme assise toute seule. Il s’approche d’elle et la complimente : « Oh que vous avez de beaux yeux bleus, ma jolie! » Elle le regarde et réplique: « Attends, mon chum va sortir des toilettes et il va t’en faire deux pareils! »

- Ah, ah, ah, ah, rigolent à l’unisson nos quatre amis et ce, pendant plusieurs minutes, car il faut souligner qu’ils se réjouissent autant de la drôlerie que du plaisir qu’ils éprouvent à être ensemble...Puis le calme revient...

Séverine en profite donc pour leur énumérer le contenu de son souper.

- Ce soir, j’espère vous régaler avec mon velouté d’asperges, suivi d’un poulet au citron...
- Suivi d’un poulet au citron? Il marche encore, lui? plaisante Noé.
- Elle est très bonne, mon cher! rétorque l’hôtesse, heureuse.
- Après le poulet et ses accompagnements, poursuit-elle, je vais servir un gâteau au chocolat fait maison, flanqué...
- C’est mieux flanqué, qu’être un « efflanqué », l’interromps le doyen.
- Sapré Noé, va! dit Frank en se bidonnant.
- Alors flanqué d’une crème glacée et d’un bon café corsé comme vous l’aimez termine l'hôtesse.
- Oh que ça va être bon! s’exclame à chaque fois Noé, sur le ton d’un répons liturgique. 

Ensuite Séverine se lève et va à la cuisine, animée par le plaisir d'avoir ses amis chez elle. À peine une minute plus tard, fort adroite, elle revient avec les quatre plats posés en équilibre sur ses avant-bras...

- Tadam! chantonne-t-elle en servant chacun par ordre d’âge, puis elle s’assoit. Goûtez tout de suite tandis que c’est chaud et bon appétit!
- Merci! et à toi aussi, fredonnent joyeusement ses invités.

Et le silence s’installe, mais de courte durée.

- Hey, est-ce des asperges en conserve? demande Laetitia après sa première cuillerée.
- Quelle horreur! s’indigne Séverine qui a travaillé fort pour leur offrir ce qu’il y a de mieux. Non, elles proviennent de mon jardin, ma petite chérie!
- Euh....désolée, se repend presque constamment notre jeunette.
- Moi, je trouve ton velouté aussi exquis que toi, ajoute Frank en dévorant la cuisinière des yeux, soutenu par son sourire qui ferait fondre une banquise.
- Vilain séducteur! le tance-t-elle, coquettement.
- Moi, les séducteurs je les retourne comme une crêpe, dit Laetitia. Je n’aime pas les séducteurs!
- Euh, mademoiselle, se défend Frank, on s’amuse, là, c’est pas sérieux!
- Me semble, oui! répond-elle, mi-figue, mi-raisin.

Et Noé les écoute se taquiner et s’amuse. Il raffole de ces soirées et il a toujours hâte de les retrouver tous.

- Bon, excusez comme d’habitude ma trop grande spontanéité, j’ai une grosse nouvelle à vous annoncer et vous êtes les premiers à qui je vais le dire, clame Laetitia en se levant...à suivre...Euh...Je ne sais pas par où commencer.
- Bien par le commencement, ajoute Noé, moqueur.
- Bon, ..............euh.....euh...........allez je me lance, bon...........il y a trois semaines, hésite-t-elle, et bien j’ai rencontré mon âme soeur et je veux l’épouser.
- Hum...c’est peut- être une bonne nouvelle, mais............mais ce n’est pas un peu soudain? se hasarde Séverine, en entrant dans la cuisine, chargée des assiettes vides.
- Tu sais, s’explique Laetitia, du haut de ses vingt-neuf ans et son peu d’expérience, quand on a devant soi la bonne personne on le sait tout de suite. C’est d’ailleurs, ce que j’ai lu dans le livre «L’art d’accrocher l’amour sans se tromper.»
- Mon Dieu, d’où sort cet auteur? rigole notre plombier butineur de femmes. «L’art d’accrocher l’amour sans se tromper», wow! Moi, je cesserais de «cruiser» si c’était vrai, ça!
- Mais c’est la vérité! objecte-t-elle. Hey, Frank, pourquoi tu cherches à me ridiculiser? Il faut dire qu’avec le total de tes conquêtes, un gros doute doit s’être invité dans toutes tes  aventures.
- Bon, bon, on se taquine, mais on ne s’importune pas, vous savez que c’est la consigne, insiste l’hôtesse tout en préparant le prochain service.
- Où en étais-je? Ah, oui, je veux épouser mon Boris, même s’il a quarante-sept ans...
- Hum, hum et lui? la coupe Noé.
- Quoi, lui?
- Est-ce qu’il veut la même chose que toi? Est-ce qu’il t’en a parlé?
- Ben, on en est pas encore là mais on s’y dirige rapidement, j’en suis persuadée...
- Et comment peux-tu en être si sûre? ajoute Séverine en revenant dans la salle à dîner avec le mets principal.
- Parce que Boris m’a avoué que la différence d’âge ne le gêne pas du tout. Oh, il est tellement canon! Et en plus, il a une belle petite cicatrice en L sur la joue....Toi Frank, qu’en penses-tu?...
- D’abord moi, je choisis des femmes de mon âge et elles savent toutes que je veux rester célibataire. Et de toute façon, ce n’est pas mon truc d’embobiner qui que ce soit.
- Embobiner? répète Laetitia, interrompue par l’arrivée de son plat.

Maintenant, puisque chacun est servi, Séverine s’assoit, le silence s’installe pendant que l’on goûte. Ce soir, le souper est tellement différent que Noé en oublie ses histoires drôles.

- C’est absolument savoureux! s’exclame Frank en reluquant notre cordon-bleu.
- Merci, je popote toujours avec amour, ça doit être le secret, ajoute-t-elle modestement en l’envisageant.

Il lui envoie un clin d’oeil et tous se régalent en souriant de contentement.

- Alors, jeune fille, quelle est la suite pour ta rencontre? insiste Noé.
- D'abord, Boris ne m’embobine pas, la preuve il veut que l’on fasse l’amour, pour me prouver qu’il m’aime.
- Hein? Et tu crois qu’il va t’épouser, après ça?.............D’ailleurs, je connais un Boris, dans le 3e rang, il ne doit pas y en avoir deux à Ste-Rose-des-Flamants et il a une petite cicatrice en L. C’est tout un hasard ça! C’est Boris qui?
- Boris Baratinski! Et pour me rappeler de son nom je pense à baratin, s’amuse-t-elle.
- C’est bien lui, avec un nom pareil sa réputation le précède, ce baratineur à la noix!
- Qu’est-ce que tu essaies de me dire, là?
- Euh.............hum...........moi, j’ai déjà eu affaire à lui, ma pauvre Laetitia, intervient Séverine. Tu agis comme tu veux, mais...
- Euh..........qu’est-ce qu’il t’a fait, au juste? s’enquiert-elle hardiment.
- Sapré Laetitia, toujours aussi directe! Je t’avoue que j’ai eu beaucoup de peine à cause de lui. Boris Baratinski promet beaucoup de choses, mais il ne respecte rien et encore moins la personne qu’il tente de séduire. Boris Baratinski ne veut que s’amuser et profiter.....euh, en fait, il m’a demandé pas mal d’argent....euh..........bon, je préfère ne plus en parler.

Et là, un ange passe...Laetitia baisse la tête et réfléchit quelques minutes.

- Mes chers amis, hélas, je sens que c’est la fin de ma grosse nouvelle! se confie-t-elle, désolée. Je sais peu de chose à mon âge, par contre je comprends quand quelqu’un veut m’éviter du chagrin. Et tantôt, j’aurais dû vous dire que quand j’ai pensé qu’il était mon âme soeur, en même temps j’en doutais, car il ne m’a jamais dit qu'il m'aimait. Et toi, Séverine, juste au bon moment, tu confirmes mon doute et je t’en remercie, même si je suis très déçue.

Et vitement, Laetitia la rejoint et lui saute au cou avec toute sa gratitude. Tous ont un air soulagé. Puis Séverine se lève, dessert chacun, enfin va chercher son fameux gâteau au chocolat et elle termine son service avec un bon café. À cet instant, on entendrait voler une mouche et ils se sourient, ravis de la belle connivence qui circule autour de la table.

Quelques jours plus tard, nos quatre amis ont appris au téléjournal que Boris Baratinski est très connu du milieu policier. En effet, en plus de traquer des dizaines de femmes, il est présentement accusé d’escroquerie pour un montant faramineux de près de $100,000. De ce fait, on ne l’a jamais revu à Ste-Rose-des-Flamants, Boris est totalement disparu dans le décor...

Finalement, peut-on conclure que Laetitia l’a vraiment échappé belle grâce à ce souper très spécial?

©   Tous droits réservés, Raymonde 

*    Image prise sur le Web 
 

Publié par Ray •   Ajouter un commentaire  2 commentaires


Jolie petite histoire.
Danielle Posté le 29/09/2016 13:27:46
Oh que j'ai hâte de savoir la grosse nouvelle. Il me semble être une mouche sur le mur qui écoute tout.....
Danielle Posté le 31/08/2016 20:53:38



C'est bon pour le moral
La compagnie créole
compagnie_creole_c_est_bon_pour_le_moral
 
© 2011
Créer un site avec WebSelf